Quel est le bilan carbone d’une voiture électrique ?

Quel est le bilan carbone d’une voiture électrique ?

Les voitures à essence sont depuis longtemps identifiées comme une source importante de pollution. Sans parler de celles fonctionnant au diesel qui, en plus d’avoir un bilan carbone élevé, rejettent dans l’air des particules fines nocives pour la santé. D’un point de vue écologique, la voiture électrique semble être la plus respectueuse car elle ne produit pas d’émissions Co2, mais quel est vraiment son bilan carbone ?

 

La première chose à rappeler lorsque l’on parle des émissions Co2 d’une voiture électrique est que celles-ci sont inexistantes lors de son utilisation. En effet, elle ne consomme pas directement d’énergies fossiles et surtout son fonctionnement ne repose pas sur le principe de combustion des voitures thermiques. Aucun gaz n’est donc rejeté lorsque l’on conduit une voiture électrique. Cela ne veut pas dire pour autant que son bilan carbone est de zéro.

 

L’impact carbone des batteries

 

De nombreuses études se sont penchées sur l’impact carbone de la voiture électrique. La fabrication de ses batteries nécessite l’utilisation de nombreuses énergies fossiles, produits chimiques et métaux rares comme le lithium. Ainsi sa fabrication est globalement plus polluante qu’un véhicule thermique traditionnel. De même, si les émissions Co2 sont nulles lors de l’utilisation du véhicule, plusieurs experts s’accordent pour estimer que la pollution ne disparaît pas mais est en réalité déplacée. En effet, si l’électricité utilisée pour recharger les batteries ne provient pas de sources d’énergies renouvelables (éolien, solaire…) le coût carbone d’une voiture électrique reste lourd.

 

L’électrique, plus écologique sur le long terme

 

Mais la botte secrète d’un véhicule électrique pour compenser une facture carbone assez lourde, liée à sa production, est son efficience. En effet de par sa conception, une voiture électrique va demander moins d’énergie pour développer les mêmes performances (vitesse, autonomie…) qu’une voiture à essence ou à diesel. Plus économe, son bilan carbone va avoir tendance à diminuer au fil de son utilisation. Concernant les émissions de gaz à effet de serre, il est estimé que le véhicule électrique pollue moins qu’un véhicule thermique à partir de 50 000km parcourus. Ce chiffre pourrait être encore amélioré par l’usage d’énergies renouvelables pour la recharge des batteries.

 

En résumé, la plupart des études tendent à la même conclusion : certes, la production pèse lourd dans le bilan carbone d’un véhicule électrique. Mais celui-ci se hisse rapidement à la première place écologique face aux autres véhicules au fil de son utilisation. Plus on fait de kilomètres avec un véhicule électrique, plus l’impact écologique de ces kilomètres est faible.